Bienvenue sur MALUM DISCORDIAE! Pour les nouveaux petits arrivants, direction le GUIDE qui vous permettra de mieux vous débrouiller sur le forum !
Quoi de neuf sur MD ? Viens te tenir au courrant des dernières nouveautés par ici !
Un petit vote sur les topsites ça fait toujours plaisir ! Pour nous prouver tout ton amour, rendez vous par ici !
Découvrir la chronologie et suivre l'actualité RPG au jour le jour ? C'est possible ! Viens écouter la RADIO HÉPHAÏSTOS !

Partagez
 

 (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité


(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyDim 16 Aoû - 15:24





Bougez votre cul merde ! Un des nôtres a disparu, et vous comptez rien faire ? Et c'est ça le prétendu honneur des romains ? Laissez moi rire. Si personne n'y va, moi j'irais tout seul, et vous plaigniez pas si jamais je ne reviens pas non plus. Je ne laisserai pas un camarade en danger tout seul.


Pour certains, ce n'est rien, pour d'autres comme toi qui le connaissent à peu près, c'est beaucoup plus problématique. La disparition d'un sang-mêlé n'est pas un phénomène que l'on pourrait qualifier de rare, mais généralement, on finit toujours par entendre une mauvaise nouvelle qui s'accompagne de cela. Soit c'est parce que le demi-dieu est décédé face à des monstres, soit ces derniers temps, parce que des mortels auraient pu le tuer. Mais là, ne pas avoir de nouvelles depuis deux semaines est plutôt inquiétant. Les autres ne mesurent pas vraiment l'étendue du problème, mais toi, toi qui lui a parlé à plusieurs reprises, tu sais que quelque chose de louche s'est passé. Ceux qui sont comme toi et qui pensent à un enlèvement disent que ce serait l’œuvre d'un monstre, tu es comme eux, n'ayant pas forcément encore toujours le réflexe de penser aux humains qui sont au courant du monde mythologique et qui souhaitent l'anéantir. Parce qu'il ne faut pas se leurrer, c'est bien de cela dont il est question désormais. Un génocide pur et simple de tout une catégorie de la population. Les autres sangs-mêlés ou créatures te jugent un peu excessif lorsque tu parles de ce problème majeur, mais toi tu sais qu'il n'en est rien d'autre, tu es le fils d'un dieu qui est immédiatement touché par tout cela, alors tu ne te fais pas d'illusions, tu parles des choses telles qu'elles sont. Même si cela déplaît beaucoup à certaines personnes qui préfèrent fermer les yeux face à tous ces événements qui sont de plus en plus répétitifs.
Sans attendre l'avis de qui que ce soit, tu as décidé d'agir, ton ami – peut-on vraiment dire ça ? – a besoin de ton aide, et cela ne peut pas attendre, il faut que tu voles à son secours. Tu as pris quelques précautions avant d'y aller au cas où. Vêtu d'un pantalon treillis avec de multiples poches, tu as pris de l'ambroisie ainsi que du nectar en cas de blessures, ton couteau suisse, cadeau de ton père est à portée de main et à l'intérieur de ta veste, tu as deux couteaux fins en acier trempé tout ce qu'il y a de plus mortel au cas où. Allant et venant dans tout San Francisco, cela fait déjà deux journées que tu cherches, deux journées infructueuses où tu as sillonné toute la ville, et c'est finalement non loin d'un entrepôt désaffecté où tu as trouvé ta première piste. Une trace de sang au mur, avec des éclats de bronze céleste. Il n'y avait aucun doute pour toi, ce ne pouvait pas être quelqu'un d'autre. Tu as alors tenté de trouver tout ce que tu pouvais, mais c'était compliqué, infructueux, tu es un enfant de la guerre, de la violence, pas de la recherche, il fallait demander à un enfant d'Apollon-Phébus pour cela. Le truc c'est que tu ne sais pas trop de quoi il retourne, faut-il t'attendre à un monstre ou à ces mortels ? Tu pencherais plus pour le monstre, il n'y a pas beaucoup de traces de luttes.
Ayant attrapé ton couteau suisse et l'ayant transformé en ceste en or impérial que tu as empoigné sur la main droite, tu t'avances dans la ruelle un peu plus loin, ne sachant pas trop sur quoi tu vas tomber. La vérité, c'est que tu n'as pas peur, personne ne s'en prend à tes amis, ou à ceux à qui tu tiens, ceux qui le font en paieront le prix fort. Au bout de la rue, tu entends un bruit qui attire ton attention, une sorte d'explosion assez faible, ta tête se tourne vers l'endroit, et tu remarques un très vieux bâtiment, une sorte d'endroit avec des box de stockages. Le problème, c'est que la grille est totalement fermée. Il n'y a qu'un moyen de rentrer, escalader la façade. Mais tu ne t'appelles pas Spiderman. Alors évidemment, ça va être compliqué. Mais à certain endroit, tu vois un escalier de secours, tu grimpes rapidement et lorsque tu arrives tout en haut, tu ouvres la fenêtre le plus discrètement possible, mais dans un pareil endroit, ça grince. « Putain fait chier. » Une telle injure sort de ta gorge comme un murmure à peine audible. Te glissant à l'intérieur sur la charpente métallique qui fait tout le plafond de l'entrepôt, tu entends des cris et des coups de feu à un endroit. Mais... mon dieu, ce ne sont pas des monstres ? Ou à moins que Duncan ait eu des problèmes avec les autorités... Tu t'en fiches, il faut que tu lui prêtes main forte. Attrapant tes couteaux dans ta vestes et gardant ton ceste en or impérial néanmoins prêt à l'usage, tu marches sur la charpente en te dirigeant vers les bruits. Et lorsque tu arrives, tu ne comprends pas forcément tout ce que tu vois. Déjà quatre personnes : trois hommes et une femme, armés tous de fusils d'assaut, et à caché un peu plus loin, Duncan qui se met à l'abri du tir de couverture. Putain de merde. Toi t'es là haut comme un pleupleu, incapable d'agir pour le moment.
Une idée te vient alors, c'est risqué et totalement stupide, mais si ça peut te permettre de le sauver, alors soit.  Allant un peu plus près d'eux, en faisant bien attention d'être discret, tu es alors à environ cinq mètres au dessus et à trois mètres de distance, une place de choix pour pouvoir agir comme tu le souhaites. Serrant un peu plus la lame de l'un de tes couteaux en acier trempé en main, tu t'accroches à une rambarde au cas où. Prenant bien position sur tes pieds pour avoir un meilleur appuis, tu prépares ton lancer, visant correctement la nuque de l'un des hommes. Tu t'es entraîné à cela, depuis la première attaque au Camp Jupiter, espérons juste qu'en situation de combat réelle, tu puisses aussi bien viser. Rien n'est moins sûr cependant, parce que tu es loin et en hauteur cette fois-ci, alors tu pries les dieux.


Dernière édition par Light "Hope" Teniala le Dim 16 Aoû - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyDim 16 Aoû - 15:27

lancer de dé:
 
Revenir en haut Aller en bas
L'Oracle
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 934
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyDim 16 Aoû - 15:27

Le membre 'Light "Hope" Teniala' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé général.' :
(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. 15837de_3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyJeu 27 Aoû - 23:02

I'm coming for you, but we have to run
Hope & Duncan
Hurry up and save me

Duncan s'était fait prendre au piège comme un bleu, un débutant distrait. Seul sur les routes, il avait l'impression d'être une ombre, que personne ne pourrait un jour le repérer, et qu'il était de toute façon capable de se défendre seul. Cette pensée l'avait conforté tout un temps, mais aujourd'hui s'en était terminé pour de bon.
Il n'avait pourtant rien fait pour se mettre en danger ou pour se mettre à découvert, et l'endroit de sa capture n'avait a priori rien de menaçant. Un chemin comme il en existait tant d'autres, au beau milieu de nulle part, sans point distinctif si ce n'est une rangée de platanes de part et d'autre. Mais pourtant les ennemis lui étaient tombés dessus en un éclair, et avant même qu'il n'ait pu réagir, une seringue injectait un liquide glacée dans son cou, et en quelques secondes à peine le sol se déroba sous ses pieds et sa vision s'éteignit.

Duncan ne peut toujours pas à l'heure actuelle déterminer le nombre de jours qui suivirent sa capture. Tous se ressemblaient, et il avait perdu toute notion du temps et la plupart du temps il était tellement assommé par la morphine qu'il ne réalisait même pas les tourments qu'il subissait. Quand il en avait conscience, il tombait plusieurs fois successivement dans les pommes tant la douleur était énorme. Cependant, tant qu'il n'avait pas le ventre ouvert et une armada de médecins en train de farfouiller dans ses organes, il se disait que le pire n'était toujours pas arrivé, et il gardait ainsi une once d'espoir. Un espoir totalement idiot, évidemment. Il n'avait aucun moyen pour s'échapper de la pièce hybride où il était maintenu en otage, mélange entre une chambre d'hôpital, une salle d'opération et une cellule de prison, et il ne doutait pas une seconde que des gardes étaient prêts à le cueillir si jamais il arrivait à franchir le seuil de la porte. Et ce, en plus de la morphine qui annihilait une partie de ses facultés réflexives. Il semblait foutu.

Un jour, après ce qui lui semblait être une éternité composée de tests en tout genre et de tortures qui ne semblaient avoir aucun intérêt sinon satisfaire en partie le sadisme de ses ravisseurs, on l'embarqua dans une autre salle, une qu'il n'avait jamais vu, différente de toutes celles dans lesquelles on l'avait déjà conduit. Duncan avait du mal à marcher droit sans flancher, et les deux hommes qui l'escortaient le redressaient sans ménagement. On ouvrit la porte, on le jeta dans la pièce, et Duncan entendit une clé tourner dans la serrure. Il était une nouvelle fois enfermé. En face de lui, il y avait une baignoire à l'ancienne, avec des pieds en forme de tête de lions, foisonnant de mousse au fort parfum fleuri et presque débordante.
Après toutes les douleurs qu'on lui avait fait ressentir, on lui proposait de se détendre. C'était tellement risible que Duncan en aurait éclaté de rire s'il avait eu la force nécessaire. Il était déterminé à ne pas s'immerger dans ce bain, qui n'avait pas sa place dans un tel établissement et après tant de calvaires traversés. Tout semblait indiqué que ce n'était qu'un piège, un test dans la continuité des précédents. Il résista longtemps, mais il n'y avait que ça dans cette pièce, rien d'autre à voir ou à faire. il céda et se déshabilla avant de se couler doucement, par manque de force et par précaution, dans l'eau chaude. Bonheur. Il avait l'impression de réintégrer enfin son corps, de sentir les forces affluer en lui à nouveau. Certes, sa peau était toujours glaciale, mais la chaleur de l'eau lui faisait néanmoins du bien.
Malheureusement, il déchanta vite. Du bord de la baignoire jaillirent des morceaux de tôle qui formèrent une coque au-dessus de lui. Il était à nouveau capturé, encore plus qu'avant. Le niveau d'eau chaude diminua peu à peu, et rapidement Duncan se retrouva nu dans le bassin d'étain. Puis, après quelques secondes, de l'eau glaciale s'insinua à travers des orifices invisibles et rapidement la baignoire se remplit à nouveau. Loin d'être affecté par ce choc thermique, Duncan s'y sentait même mieux - malgré la coque qui l'empêchait de se lever. Ce qui l'inquiétait plus, c'était savoir si, oui ou non, l'eau allait s'arrêter de monter. Duncan pouvait gérer la bassesse de la température, il n'était pas apte à respirer sous l'eau.

Le froid vif dégagea les dernières brumes qui avaient envahi son cerveau et réveilla ses cellules grises. Il était un fils de Chioné, un demi-dieu avec des capacités surnaturelles, et c'était pour cette raison qu'on l'avait enfermé. Ce n'était pas une découverte, mais la drogue lui avait fait "oublié" les raisons de son emprisonnement, et il n'avait juste plus eu l'habitude de se considérer comme tel.
L'eau lui arrivait jusqu'aux lèvres, et il s'étira la nuque pour que son visage ne soit qu'à quelques centimètres de la coque pour lui donner plus de secondes de respiration. Il fallait réfléchir vite et utiliser ses pouvoirs rapidement et judicieusement.

Il serra les poings et des piques de glace jaillirent de l'eau et transpercèrent la coque, avant de se briser. Duncan essaya de se glisser par l'ouverture, et réussit à s'en extraire, en s'éraflant les hanches nues. Il s'habilla en vitesse, et projeta un poing de glace géant - le plus gros qu'il n'avait jamais formé - contre le porte, plusieurs fois, jusqu'à ce que le battant de la porte ne sorte de ses gonds et tombe à terre dans un grand fracas. Il prit le couloir de gauche, n'ayant pas le temps pour réfléchir et de toute façon ne connaissant en rien la structure du bâtiment. A un croisement, il continua tout droit, mais tomba nez-à-nez avec deux hommes habillés de noirs et armés jusqu'aux dents. Il les fit déraper en gelant le sol et prit une autre direction. Il continua ainsi longtemps, à courir sans trouver la sortie, se débarrassant de ses ravisseurs à grands coups de glace, quand enfin, à bout de souffle, il trouva une porte menant vers l'extérieur.

Il se savait poursuivi. Il avait su neutraliser la plupart de ses poursuivants, mais il avait conscience que quelques plaques de verglas et des blocs de glace sur le crâne ne les avaient pas tous mis hors d'état de nuire. Il voulut bloquer la porte derrière une couche de glace dure comme la pierre, mais ne parvint qu'à la recouvrir superficiellement. Il s'était surmené, en étant fatigué et après dans longs jours sans entrainement, et ses forces l'abandonnait à nouveau. Le bain ne lui avait donné qu'une éphémère sensation de réconfort et de repos, mais le retour à la réalité l'avait claqué encore plus rapidement, et il était encore plus affaibli qu'il ne l'était avant. L'utilisation abusive de ses pouvoirs en un laps de temps très court, combiné à sa course effrénée n'avait rien arrangée. Mais il ne pouvait rester là, il fallait qu'il s'éloigne encore.

Il courut encore longtemps, n'osant regarder derrière lui, de peur de voir une armada d'hommes en noir. Mais une dague en bronze céleste qui érafla son bras pour finir sa course, souillée par son sang, dans un mur suffit pour lui mettre la pression. Il arrivait à proximité d'une sorte d'usine désaffectée, dont la cour était pleine de containers. Idéal d'après lui pour se cacher, d'autant plus qu'il était déjà bien hors de sa zone de confort, vidé de toutes ses forces. Il tira sur ses derniers reliquats d'énergie pour se cacher derrière un container gris, en priant les dieux pour que ses poursuivants ne l'aient pas vu. Malheureusement l'écho de balles contre le métal de son container tua dans l'oeuf son souhait.

Duncan osa jeter un regard hors de sa cachette, et juste à ce moment un poignard passer à côté d'un de ses attaquants (il n'était que trois, Duncan le réalisait enfin), pour atterrir sur le sol dans un bruit métallique. Les trois individus se retournèrent d'un même geste pour tirer en direction d'une silhouette. Duncan essaya de reconnaitre son le sauveur, quand soudain ce dernier glissa de la charpente sur laquelle il était.

Et à ce moment, alors qu'un réverbère éclaira un instant le visage de l'inconnu, Duncan le reconnut et en fut abasourdi. Carrément sur le cul. C'était Hope.
Cela voulait dire que quelqu'un était venu le chercher. Il n'avait pas été abandonné. Ca aurait pu lui faire chaud au coeur de savoir ça, mais la situation ne se prêtait pas à la joie. Ils n'étaient pas tirés d'affaire, et cela commençait mal pour eux.

Il tendit la main pour attraper le couteau. Duncan n'avait plus d'armes. Il avait laisser son bouclier à la Nouvelle-Rome, car il pensait qu'il ne s'absenterait pas suffisamment longtemps pour devoir s'en servir. Heureusement d'ailleurs, il n'aurait pas aimé qu'on le lui enlève. Il n'avait eu sur lui qu'une épée d'emprunt, par désir de voyager léger, et même s'il n'en était pas attaché, il se sentait démuni sans arme. Le couteau arrangeait l'affaire.

Duncan fit rapidement le point. Il ne pouvait pas laisser Hope dans cette situation, mais il hésitait quant à la démarche à suivre. Tuer les trois mortels ? Cela ne serait qu'une contrepartie logique de tout ce qu'il avait dû subir, et une vengeance pour tous les demi-dieux tués injustement. Mais pour une raison qui lui échappait, il n'arrivait pas à se décider à frapper. Lequel, après tout ? Lequel méritait le moins de vivre entre les trois ? Qui était-il pour se porter juge et pour jouer la Parque, en décidant de la destinée des hommes ?

Allez, Dude, ne te laisse pas ronger par les scrupules. Pas maintenant.

Il sortit de sa cachette, ayant trouvé le bon compromis. Frapper, mais sans tuer. Pas encore, du moins. Il jaillit comme un diable hors de sa boîte et planta le couteau derrière le genou du premier des hommes.

Esquivant les quelques balles des deux autres mortels, qu'ils lançaient désespérément tout en s'occupant de leur complice blessé. Duncan profita de la confusion pour courir - encore - en direction de son allié. Il l'aida à se relever.

« Faut bouger de là. »

Il l'emmena, plus lentement qu'il ne l'aurait souhaité, hors de la ligne de mire de leurs ennemis. Il fallait absolument qu'il se repose, juste une dizaine de minutes à peine, le temps de reprendre ses esprits et de récupérer après ses efforts exagérés. La plupart des containers étaient fermés par une lourde chaîne métallique, mais ce n'était pas le cas de tous. Il chercha le container ouvert le plus proche d'eux, et le désigna d'un coup de menton, pour indiquer tacitement à Hope son projet.

Duncan poussa la porte suffisamment pour s'y faufiler, et y attira Hope, avant de refermer le container.




© Gasmask



Citation :
1-2 : le container contient des vibromasseurs.
3-4 : le container contient du matériel de sport.
5-6 : le container contient des armes.


Dernière édition par Duncan Rivera le Jeu 27 Aoû - 23:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'Oracle
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 934
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyJeu 27 Aoû - 23:02

Le membre 'Duncan Rivera' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé général.' :
(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. 827428de_1
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité


(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyDim 30 Aoû - 22:04





Bougez votre cul merde ! Un des nôtres a disparu, et vous comptez rien faire ? Et c'est ça le prétendu honneur des romains ? Laissez moi rire. Si personne n'y va, moi j'irais tout seul, et vous plaigniez pas si jamais je ne reviens pas non plus. Je ne laisserai pas un camarade en danger tout seul.


Tu ne comprends pas pourquoi les gens ont tellement hésité à lancer une recherche pour Duncan. D'accord ce n'est pas un romain, mais un grec, et en prime personne ne peut attester du fait qu'il soit très amical avec tout le monde, certes il lui arrive d'être cordial avec certains, mais pas tous. Mais toi, tu t'es inquiété, ne plus avoir de nouvelles depuis autant de temps, ce n'est pas normal, il est très souvent à la Nouvelle Rome et tu t'en faisais à son sujet. A première vue d’œil tu as eu raison, vu l'état déplorable dans lequel il se trouve alors que tu as enfin réussis à le retrouvé. Le pauvre, tu ne préfères même pas imaginer tous les sévices qu'il a du subir et c'est probablement cela qui t'a poussé à agir rapidement, tu ne voulais pas laisser cela impunis. Peut-être sont-ce tes origines divines qui t'ont poussé à faire cela, parce qu'être le fils du dieu de la colère, de la vengeance, de l'insoumission et de la face sombre de l'amour n'est pas un cadeau, bien au contraire, dans certaines conditions, les quatre facettes de ses pouvoirs passent à travers toi et déclenchent certaines choses incontrôlables. Tu ne gères pas toujours, parfois tu arrives à brider tes pulsions, mais des fois au contraire, tu n'y parviens pas, c'est beaucoup trop puissant pour que tu ne puisses y faire quoi que ce soit. Alors tu laisses faire, tu te laisses guider par ton instinct, parce que lorsqu'on est un demi-dieu, il n'y a rien de plus primordial, ça peut vous sauver la vie.
Lancer ce couteau alors que tu savais pertinemment que tu ne parviendrai pas à atteindre ta cible était idiot, profondément débile même. Seulement, tu n'avais aucun autre moyen de les distraire, de faire en sorte que leur attention ne soit plus fixée sur ton camarade sang-mêlé, il le fallait. Et comme tu t'y attendais ta tentative était déjà vouée à l'échec, définitivement vaine. Le couteau n'a pas atteins sa cible, la seule chose positive est que tu n'as pas touché Duncan, tu aurais pu, mais ce n'est heureusement pas le cas. Mais la réaction des soldats a été immédiate. Ils se sont tous retourné d'un coup, et les balles ont fusé, elles ont faillis te toucher, mais à la place, tu as chuté du haut du plafond et tu t'es écrasé contre un des conteneurs, un craquement sec retentit, tu ne sais pas bien si c'est ton corps ou le métal, mais tu ne ressens aucune douleur. Tu chûtes à terre, sonné comme jamais. Les bruits qui te parviennent sont étouffés, et les images n'ont aucun sens. Tu ne saisis strictement rien, c'est comme si toutes les informations venant à ton cerveau ne voulaient absolument rien dire. Tu grognes et le son qui s'échappe de ta gorge est totalement étrange, comme venu d'un autre monde. Tu luttes afin de reprendre tes esprits, mais tu n'y parviens pas, pas de suite du moins.
C'est étrange, presque onirique, mais voilà que quelque chose se passe, tu ne comprends pas forcément tout, mais tu sens dans les plus profondes fibres de ton corps que l'insoumission est présente, que quelqu'un se rebelle, et cela te donne des forces, un semblant de chose à quoi te rattacher. Voilà qu'il s'approche enfin et qu'il t'aide à te relever afin d'avancer. « Faut bouger de là. » Le contact glacé t'électrise et te sort enfin de ta torpeur. Tu saisis enfin ce qu'il raconte et tout ce qui t'entoure. Malgré tout tu as dû mal à te mouvoir, il te faut son aide afin de pouvoir récupérer totalement tes forces, la chute a été violente, et beaucoup plus éprouvante que tu ne le pensais. Le seul point positif, c'est que tu ne ressens absolument aucune douleur, ce qui veut dire que tu n'as rien de cassé, enfin à première vue d’œil. Duncan finit par pousser la porte d'un conteneur et entre à l'intérieur avant de refermer. Tu dégaines ton couteau suisse rapidement afin de le changer en épée en or impérial, tu ne comptes pas t'en servir afin de tuer les mortels, mais pour éclairer l'intérieur du box.
Ce que tu vois étires immédiatement un sourire idiot sur ton visage, par tous les dieux, quels qu'ils soient, pourquoi faut-il tomber sur cela ? Non mais ce n'est pas possible. Tu attrapes l'un des vibromasseurs et le présente à Duncan en le secouant devant son nez. « Si tu voulais me sauter, fallait le dire plus tôt, c'est très tendancieux comme rencart hein. » Tu trouves le moyen de faire de l'humour alors que la situation ne s'y prête absolument pas. La encore c'est un trait de ton caractère délirant. Tu veux toujours aider les gens, à un point où tu te mets souvent en danger, comme maintenant. Mais là, tu veux lui changer les idées, juste le temps de quelques secondes, pour que ce soit plus détendu et oublier le danger qui rode à quelques mètres de là. Mais le temps de l'amusement n'est pas venu, il faut que vous vous prépariez à ce combat, ils sont quatre et vous êtes deux, c'est inégal à l'avance. Tu vois qu'il a récupéré le couteau que tu as lancé tout à l'heure, au moins vous êtes tous deux armés. Tu sors le tien. « Les lames sont en acier, tout ce qu'il y a de plus mortel. Je ne sors plus jamais sans. » Mais il faut sortir, même sans aucun plan, rester à l'intérieur de ce box, c'est signer son arrêt de mort. Si jamais ils l'ouvrent, aucun moyen d'en réchapper, avec vos couteaux et eux leurs fusils, pas besoin de faire un dessin pour savoir qui va l'emporter. Vous allez tous les deux finir en rappe à fromage, plein de trous et la cervelle éparpillée un peu partout sur le sol. Quitte à finir tes jours, tu ne veux pas que ça se passe ainsi, tu préférerai que ce soit à quand tu auras dépassé tes quatre-vingts ans.

Lancé de dé:
 
Revenir en haut Aller en bas
L'Oracle
I'M A PNJ.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.malum-discordiae.com
messages : 934
parmi nous depuis le : 10/10/2012

I'M A PNJ.

(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. EmptyDim 30 Aoû - 22:04

Le membre 'Light "Hope" Teniala' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé général.' :
(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. 156678de_4
Revenir en haut Aller en bas

(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty
MessageSujet: Re: (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.   (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (mission) (dunope) i'm coming for you, but we have to run.
» Émission 19-2
» Le Directeur Général Adjoint à l'innovation nous parle de sa mission.
» (mission) (haythope) we have to escape.
» Clause supplémentaire partie démission staff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ⱴ MALUM DISCORDIAE. :: ⱴ HISTOIRE DE SE DÉTENDRE.  :: Emportés par le Léthé. :: Archives des RP.-